Le programme Archéologies du Bassin Parisien

Archéologies du Bassin parisien, réseau de sites et réseau d’acteurs, est un programme transversal piloté par l’UMR 7041 ArScAn – Archéologies et Sciences de l’Antiquité, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie de Nanterre.

Le programme Archéologies du Bassin Parisien se définit comme un projet fédérateur où les acteurs se regroupent autour de la mise au point de méthodologies, d’outils et la construction de bases de données de référence pour les études historiques et archéologiques.

Ces outils mobilisés dans le cadre de projets autonomes doivent permettre d’étudier les interactions spatiales sur la longue durée perçues à travers les productions spatiales (réseaux, trames, localisation des établissements, distribution des productions, limites administratives, etc.) et aboutir à la production d’outils ou de référentiels d’études numériques ouverts et disponibles pour la communauté des acteurs du territoire.

Le programme Archéologies du Bassin Parisien est un programme partagé avec l’UMR 8215 Trajectoires. Il associe des chercheurs de ces deux UMR ainsi que des partenaires d’autres institutions : Université de Paris I, université de Paris X, Ministère de la Culture, INRAP, Université Paris 8, UMR Géographie-Cités, EHESS – CRH…

Le programme est par définition diachronique, transdisciplinaire et trans-institutionnel.

L’intérêt d’un programme diachronique est de pouvoir observer la dynamique des constructions spatiales et territoriales dans la longue durée (du paléolithique à la période contemporaine). Cette approche permet de mettre en évidence des logiques spatiales inscrites anciennement dans les territoires et qui restent profondément ancrées dans notre présent par le biais de formes réinvesties ou en potentiels.

Le programme est transdisciplinaire car l’approche des espaces sous-tend la mise en place de démarches partagées associant des points de vue et des angles d’études différents.

Le programme est trans-institutionnel car il permet de favoriser les relations avec des chercheurs d’autres organismes. De nombreuses équipes de recherche travaillent en effet sur cette vaste zone géographique. Dans cette optique, sont mises en place des coopérations avec les acteurs implantés sur ce territoire, Services régionaux de l’Archéologie (SRA), INRAP, Collectivités territoriales et laboratoires CNRS…