Programme archéologique de Timgad et ses environs

Coordination : Y. Rezkallah – UMR 7041 ArScAn (Eq. APHOR), L. Costa – UMR 7041 ArScAn (ArcchéFab, Eq Arch. Monde Grec Archaïque)

Le projet est prévu sur une durée initiale de trois années : 2019-2021. Il s’agit d’un projet associant géologie, géomatique, archéométrie. Il porte globalement sur la mise à jour de la carte archéologique dans la région de Timgad, antique Thamugadi, dans l’Est algérien sur un rayon de 30 km autour de cette ville.

Il est porté par Laurent COSTA et Younes REZKALLAH (ArScAn UMR 7041 – CNRS et Université de Paris1) et codirigé par le Centre National de la Recherche en Archéologie algérien (CNRA) sous la direction de Monsieur le Professeur Toufik HAMMOUM (représenté par Lyes ARIFI, en tant que co-directeur du projet), l’Institut National d’Archéologie de l’Université d’Alger2 (Prof. Salim DRICI) et par le département de géologie et des sciences de la terre de l’Université des Frères Mentouri de Constantine (Prof. Ramdane MARMI).

Les premières opérations ont commencé au début du printemps 2019. Elles ont comme objectif d’interroger de manière novatrice et de documenter ces sites méconnus par une série de prospections, d’analyses archéométriques et d’outils numériques (modélisation 3D, webGIS). Il s’agit également de proposer des supports de diffusion accessibles à tous et destinés à toutes les catégories de public grâce au numérique.

L’étude et la sauvegarde des carrières anciennes dans la région de Timgad figurent au centre de la problématique et de la démarche scientifique. Elle vise à mettre en évidence le rapport qu’entretenaient la ville de Thamugadi, les centres urbains et autres sites antiques dans cette région avec les ressources naturelles de leur territoire.

Ce projet, récemment lauréat de la fondation ARPAMED, a été validé par le conseil scientifique du CNRA. Il a reçu un soutient par la Casa de Velázquez et de la région Ile-de-France dans le cadre du DIM (Domaine d’intérêt majeur).

Objectifs et attendus du projet :

Au-delà de la question patrimoniale générale qui nous préoccupe, car très sensible dans la région, la problématique porte à la fois sur l’identification des carrières, des matériaux de construction lapidaires mais aussi et plus globalement des sites archéologiques dans la région de Timgad avec un volet lié à la restitution de ces connaissances vers les publics et les chercheurs locaux.

Toute politique de mise en valeur, pour être efficace, doit s’appuyer sur une démarche scientifique préalable. Il est donc nécessaire de trouver les moyens, d’une part de prospecter, afin d’identifier ces carrières et leur environnement archéologique, les documenter, les numériser et d’autre part d’identifier les différents lithotypes de roches locales employées dans les sites antiques de la région, pour tenter de rétablir les relations qui pourraient exister entre les carrières et les sites en utilisant les méthodes d’enregistrement 3D et l’analyse archéométrique.

Le travail de recherche sera organisé et réparti en trois grands niveaux, selon les échelles de l’enquête archéologique :

  • Tout d’abord, un niveau macroscopique dans lequel nous regroupons l’étude des carrières antiques, celle des sites et des monuments antiques de la région.
  • Ensuite, un niveau intermédiaire dit mésoscopique, dans lequel l’échelle d’étude est ramenée aux traces d’extractions lapidaires dans les carrières et à l’étude des monuments sur lesquels ont été et seront effectués les prélèvements de matériaux de construction.
  • Enfin, un niveau microscopique dans lequel peuvent être classés l’inventaire et la documentation du mobilier archéologique (artéfacts, bas-reliefs, traces d’extraction, etc.) et les analyses archéométriques.

D’un point de vue méthodologique, le développement d’un SIG nous permettra de disposer en même temps d’un outil de création, d’analyse, de gestion de données, de planification et d’organisation du travail. Les données dont nous disposons actuellement seront intégrées, puis le SIG sera enrichi au fur et à mesure avec celles qui seront collectées à travers les diverses prospections (sur fond d’imageries ou sur le terrain).

De manière complémentaire sur la base des identifications archéométriques qui auront été réalisées, nous allons pouvoir associer une approche photogrammétrique et une modélisation d’un certain nombre de sites d’extraction et de monuments de Thamugadi et de ses environs en 3D comme précisé plus haut.

Dans un second temps, sur la base des connaissances empiriques et des données, qui seront collectées durant les premières phases de la recherche, nous projetons de créer un modèle prédictif qui servira au repérage des sites d’extraction potentiels dans cette région. Il permettra d’estimer l’aire de diffusion des carrières selon le lithotype, le module extractif, les voies de transport, la topographie et le volume des extractions. Il servira aussi pour des études à une échelle micro-régionale dans des contextes géoarchéologiques comparables. Nous rappelons ici que le travail de terrain constituera l’une des bases sur lesquelles — reposera cette recherche. Il comprendra, d’un côté, les prospections et les relevés des carrières, des sites et des monuments archéologiques dans un rayon de 30 km autour de l’antique Thamugadi, et de l’autre, l’échantillonnage et les prélèvements archéométriques sur ces sites.

Il s’agit aussi d’aborder en détail les aspects d’extraction, d’exploitation et d’utilisation des matériaux de construction lapidaires dans la zone d’étude. Que pouvons-nous apprendre sur le savoir-faire des constructeurs (maçons) et carriers antiques de cette région à travers les choix des matériaux et des techniques de travail ? Sur les carrières elles-mêmes, peut-on distinguer des spécialisations de l’extraction propres à chacune des exploitations en fonction des techniques, des matériaux ou des besoins fonctionnels ? Est-ce que les structures géologiques, morphostructurales et lithostratigraphiques ont été prises en compte par les carriers dans le choix des sites d’extraction ? Ces mêmes structures ont-elles été prises en compte dans la fondation des centres urbains à cette époque ? Les mêmes questions doivent être posées pour ce qui concerne le transport, l’acheminement et la mise en œuvre des matériaux.

Enfin, l’association de nos travaux avec ceux des consortia de la TGIR Huma-num et plus particulièrement ceux du consortium Paris Time Machine qui travaille sur la question des référentiels géo-historique inscrira le projet dans une perspective encore plus large. Cette approche donnera lieu aussi à une mise à jour conséquente des connaissances et des données de l’Atlas archéologique de l’Algérie en intégrant les sites qui seront découverts et en incluant les carrières antiques dans le patrimoine culturel algérien. Il s’agit donc aussi de porter une réflexion sur la question de l’inventaire archéologique et de la création d’un référentiel pour les futures études patrimoniales dans ces territoires.

Par ailleurs, les partenariats établis avec les différents établissements d’enseignement supérieur vont aussi permettre de concourir à la formation des jeunes doctorants et chercheurs algériens (Université d’Alger, Université de Constantine, CNRA). Notre programme donnera à la fois l’accès à de nouveaux outils géomatiques et des nouvelles technologies numériques à ces étudiants et permettra de créer des données et des applications conformes aux standards internationaux,  réutilisables et mis à la disposition de tout l’ensemble des acteurs Algériens ainsi qu’à la communauté scientifique internationale.

Accéder aux ressources du projet :