les thématiques

  • Les  ateliers et événements ArchéoFab portent sur les thématiques suivantes :

Acquisition, structuration et traitement de données spatiales et 3D.

Techniques d’acquisition et de structuration des données archéologiques et historiques, dans leurs dimensions spatiales et volumétriques. Un point d’intérêt tout particulier est développé sur les technologies géo-collaboratives, sur les processus d’acquisition des données en 3D et sur l’expression de la dimension temporelle.

Analyse multidimensionnelle des données.

A partir de l’année universitaire 2018-2019, le programme ArchéoFab propose avec ses partenaires (université Paris 1,  Bibracte) un dispositif de formation et d’assistance  à l’analyse des données statistique et graphique appliquée à l’archéologie (statistiques multidimensionnelles, principalement analyses factorielles, classification ascendante hiérarchique et méthodes de sériation graphique). Ce dispositif comprend deux volets : l’apprentissage des outil, et l’aide à leur mise en œuvre dans le cadre des projets des chercheurs et doctorants.

Le premier volet, celui de l’apprentissage des outils en vue de les utiliser de façon autonome, inclut deux offres complémentaires :

l’atelier intensif d’analyse statistique et graphique multidimensionnelle des données (5 jours en septembre à Nanterre, ouvert aux membres d’ArScAn et des UMR et institutions partenaires du programme ArchéoFab). Il s’agit d’un parcours comprenant l’acquisition et la révision des  bases mathématiques et statistiques nécessaire, et le démontage du fonctionnement des outils multidimensionnels les plus utilisés à travers quelques exemples simples servant de fil conducteur. (prochaine session septembre 2019 – dates à confirmer : 2 au 6 septembre – contact : bruno.desachy@univ-paris1.fr)

le séminaire de master 2 et doctorat « Informatique et statistiques en archéologie » de Paris 1 (4 jours en janvier, ouvert aux étudiants et doctorants de Paris 1, et autres doctorants et chercheurs dans la limite des places disponibles). Le principe est celui d’une explication des méthodes par la pratique, chaque participant (ou binome) devant mener à bien une analyse sur des données réelles proposées par les animateurs. (prochaine session 14, 15, 16 et 21 janvier 2019 – contact : françois.giligny@univ-paris1.fr)

Le deuxième volet, en quelque sorte le « service après vente », d’aide à l’application des outils aux projets des participants, s’insère dans une offre plus globale d’assistance aux projets de recherche comprenant un séminaire de discussion collective complétée par des séances d’atelier pratiques et personnalisées :

l’atelier SITraDA (séminaire doctoral mensuel de Paris 1 organisé par l’école doctorale ED 112 et le programme ArchéoFab, ouvert aux doctorants et chercheurs de tous horizons), pour présenter l’état d’avancement de son projet et recevoir des retours de discussion collective. L’atelier se déroule sous forme de séances mensuelles à Paris 1 durant l’année universitaire, et d’une session annuelle déconcentrée à Bibracte. (pour tous renseignements, voir le site de l’atelier SITraDA)

les permanences-atelier hebdomadaires du programme ArchéoFab (ouvertes aux membres d’ArScAn et des UMR et institutions partenaires du programme ArchéoFab), pour la mise en œuvre technique et l’assistance personnalisée aux projets.  (le calendrier des permanences-atelier est actualisé chaque mois : voir les billets d’information ; contact : bruno.desachy@univ-paris1.fr)

Analyse de réseaux.

Le programme ArchéoFab propose des ateliers dans le domaine de l’analyses de réseaux et de la théorie des graphes :

Raisonnement chronologique de terrain et traitement chronologique

Complémentaires des outils d’analyse et de traitement des données spatiales, des outils spécifiques de traitement chronologique des données sont développés dans le cadre du programme ArchéoFab. Ils s’insèrent dans une recherche de formalisation du raisonnement chronologique en archéologie de terrain, incluant le traitement des données stratigraphiques et leur inscription dans une chronologie quantifiée.

Systèmes d’information et bases de données

Maitriser la conception ou l’analyse d’une base de données en faisant appel aux notions de modèles de données et de processus de traitement est un enjeu méthodologique et pratique important pour tout chercheur, et en particulier pour les jeunes chercheurs doctorants devant gérer un référentiel plus ou moins complexe et important dans le cadre de leur thèse. Il s’agit en effet, sur le plan pratique, d’utiliser au mieux les outils informatiques disponibles en dépassant le stade d’utilisateur ignorant de ce qui se passe derrière les formulaires de saisie, afin de ne pas rester prisonnier de la technique ou de tel ou tel logiciel ; et sur le plan méthodologique et  théorique, de formaliser de façon efficace la structuration des données correspondant au problèmes traités

  • les chercheurs et doctorants souhaitant échanger sur les questions de système d’information et de base de données liées à leur projet peuvent le faire dans le cadre des permanences ateliers (assistance personnalisée à un projet) ou dans celui de l’atelier SITraDA (discussion collective de projets) ;
  • à venir : sessions d’ateliers intensifs « bases de données relationnelles pour les projets de recherche archéologique : conception, analyse et outils informatiques »