SACODO : saisie collaborative des données géo-historiques

Coordination : L. Costa – UMR 7041 ArScAn (Bassin Parisien, Eq. Monde grec Archaïque)

Les sciences historiques ont connu durant ces 10 dernières années une évolution de leurs pratiques et de leurs outils (COSTA 2010) avec notamment l’apparition puis l’utilisation de plus en plus marquée des SIG. Ce développement des technologies géo_informatiques dans les sciences historiques prend aujourd’hui un nouvel envol avec le développement des outils géo-collaboration.

Ces développements induisent la création d’un nouvel écosystème de recherche où question des référentiels et les modalités de leur création questionne nos pratiques et nécessite la mise en place des procédures pédagogiques adaptées et qui prennent en compte à la fois la dimension thématique liée aux données historiques et temporelles et aussi la dynamique organisationnelle que présuppose la mise en place de procédures géo-collaboratives.

Le contexte est actuellement le suivant :

  • de très nombreuses informations géohistoriques sont déjà disponibles sous forme numérique ou sont susceptibles de le devenir dans les prochaines années : elles constituent un potentiel considérable de données géoréférencées utilisables pour de nombreuses études dans des domaines variés d’application : histoire, archéologie, géographie, démographie, urbanisme, aménagement, développement durable, etc.
  • ces données sont mises en ligne sous une forme brute dans des formats images, mais le plus souvent elles ne sont pas numérisées dans des formats vecteurs. Elles ne peuvent donc pas donner lieu à une exploitation en bases de données vecteur en exploitant les fonctionnalités de traitement propres à ce type de données (analyses spatiales, géostatistiques, représentations cartographiques et graphiques diverses, etc.)
  • de nombreuses solutions techniques de saisie collaborative existent et sont largement éprouvées : encore faut-il que la saisie s’effectue selon des principes identiques, traçables, en s’appuyant sur des normes de fait ou publiées (ISO), facilitant l’interopérabilité des données et des webservices qui permettront de diffuser les données une fois saisies et validées.

La saisie, l’exploitation, la diffusion, l’échange et l’archivage pérenne de données géohistoriques s’inscrivent dans le cadre des humanités numériques (Digital Humanities) à l’interface entre Sciences Humaines et Sociales et Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication. Le fort développement en cours des humanités numériques ainsi que le contexte de la néogographie (f. Th. Joliveau) constitue un contexte très favorable à l’émergence de nouvelles pratiques de recherches collaboratives autour de la constitution de corpus de données de qualité, à l’image des projets soutenus par la Très Grande Infrastructure de Recherche (TGIR) Huma-Num[2].

Parmi les domaines d’application de l’utilisation de données géohistoriques, on peut citer notamment :

  • les études d’occupation de l’espace à différentes échelles,
  • la circulation des biens, des idées et des personnes (matières premières, produits finis, pratiques culturelles et artistiques, etc.).

La saisie collaborative de données géohistoriques a été mise en œuvre dans plusieurs programmes de recherche de l’UMR 7041 ArScAn (Archéologies et Sciences de l’Antiquité) et serviront de champs exploratoires pour la mise en place d’outils pédagogiques. On peut citer notamment :

Archéologies du Bassin Parisien, réseau de sites et réseau d’acteurs. Ce programme transversal piloté par l’UMR ArScAn se veut une structure fédérative où les acteurs se regroupent autour de la mise au point de méthodologies, d’outils et la construction de bases de données de référence pour les études historiques et archéologiques.

ALPAGE (AnaLyse diachronique de l’espace urbain PArisien: approche GEomatique) : il s’agit d’une plateforme d’information géo-historique sur Paris, conçue et réalisée à partir de 2006, grâce au soutien de l’Agence nationale de la recherche. Le colloque conclusif de ce projet qui s’est tenu en juin 2010, a donné lieu à une publication de référence.

Enfin, la saisie de données géohistoriques constitue un aspect central des Labex Les Passés dans le Présent (PP) et Dynamique territoriale (DYNAMITE) dont fait partie l’UMR ArScAn. Le premier porté par Université Paris Ouest Nanterre, concerne les enjeux de transmission et de médiation du passé en utilisant les nouvelles technologies et notamment le numérique, le second porté par l’université de Paris I s’intéresse aux  effets de la globalisation sur les espaces et les sociétés, ainsi que sur les enjeux du développement durable et du changement global.

Le projet à fait l’objet d’un financement en 2015 dans le cadre de l’appel d’offre UTOP Géomatique.