La Salle R09

Coordination : Laurent Costa, UMR 7041 ArScAn (Eq. Monde Grec Archaïque /  Arch Bass. Paris.)

La création du nouveau bâtiment Sciences Humaines et Sociales et l’affectation de la salle R09 au programme Archéologies du Bassin Parisien a été l’occasion de construire autour des outils numériques et particulièrement des SIG et de la 3D une nouvelle synergie afin de tirer le parti de toute les opportunités liées au numérique.

Après plus 10 années de transformation permanente de nos méthodes de recherche, les outils numériques produisent encore aujourd’hui des mutations irréversibles dans nos approches et nos logiques de travail. Le développement des logiciels en ligne, de l’open-source, du phénomène du big data, de l’open data ou encore les chantiers liés à la gestion de la troisième et quatrième dimension sont en marche et ouvrent un potentiel de créativité et des champs d’exploration pour la recherche inimaginable il n’y a que 5 ans.

Mais pour être pleinement exploités, ces outils nécessitent un temps d’expérimentation et un investissement humain qui souvent font défaut à nos équipes et ne correspondent pas aux logiques classiques de fonctionnement de nos projets. Pour exemple, la constitution d’un budget avant dépôt d’une demande de financement de programme (PCR, ANR, programme européen…Etc.) présuppose une connaissance des besoins et du matériel nécessaire à la réalisation des objectifs proposés dans la réponse à l’appel d’offre. Or, faute d’expérimentation préalable il est généralement extrêmement complexe de pouvoir évaluer précisément ces besoins et les potentiels de ces outils en constante évolution et encore plus de prendre le risque de tester une procédure dont la réussite n’est pas assurée. Les mutations permanentes des logiciels et des matériels informatiques ne correspondant pas au cycle de vie des projets de recherche SHS nous avons propoés la création d’un espace d’expérimentation méthodologique permanent sous la forme d’une fabrique numérique pour le patrimoine et l’histoire qui permettrait à différente équipes d’évaluer, avant d’investir plus lourdement, des technologies et des outils pouvant potentiellement déboucher sur des approches innovantes : ArchéoFab.

Le développement de ce genre d’infrastructure a déjà été expérimenté avec succès dans d’autres cadres. Il est basé sur la créativité individuelle des chercheurs et des ingénieurs en même temps que sur le partage d’expériences. Il permettra de créer au sein d’ArScAn, de la MAE, du nouveau bâtiment SHS, de l’université de Paris Ouest et enfin de la communauté des archéologues et historiens Franciliens des logiques de coworking et de découverte. De plus, sa gestion par ArScAn (Paris 1 et Paris X) et son positionnement au sein de l’université de Paris Ouest Nanterre seront des points forts. Non content d’être un outil de découverte, il sera aussi un outil de formation initiale et permanente et un outil de fabrique de communautés.

Cette fabrique numérique pour l’histoire et l’archéologie s’articule autour d’un atelier numérique, infrastructure mise à la disposition de  notre UMR et de la communauté SHS. Cette création s’inspire de la notion de FabLab qui s’est développée dans les années 1990 pour la première fois au MIT (Neil Gershendfeld). Les FabLabs ont été conçus comme des espaces de créativité basés sur des principes de collaboration, mutualisation et d’ouverture. Ils s’appuient sur une disponibilité de locaux et une infrastructure matérielle (hardware et software) qui permet d’échanger les expériences et de passer à un stade concret d’expérimentation et de recherche appliquée en testant des outils non accessibles car trop exigeants en budget ou en investissement technique et dont la rentabilité pour le projet n’est pas assurée à priori. Ils sont donc des lieux de découverte et d’expérimentation permettant l’émergence de nouvelles problématiques de recherche et de nouveaux moyens de traitement innovants. Le développement d’une infrastructure similaire pour nos disciplines historiques permettra, nous l’espérons, de faire émerger des propositions innovantes et à coût optimisé.

Son insertion au sein de la nouvelle maison SHS permettra de renforcer les synergies qui se mettront en place avec l’arrivée de nouvelles équipes de recherche et à ArScAn de se définir comme porteur d’un projet utile à l’ensemble de ses partenaires.

Liste du matériel disponible dans la salle R09 :

  • un poste d’acquisition numérique avec scanner sans contact,
  • un poste fixe multimédia avancé avec imprimante couleur,
  • une imprimante grand format,
  • un vidéo projecteur 3D,
  • un vidéo projecteur courte focale,
  • une imprimante 3D,
  • une scanner 3D à lumière structurée,
  • une table de séminaire permettant d’accueillir 10 personnes,

Cette brève liste ne tient pas compte des équipements immatériels (réunions de compétences) et des logiciels utilisés (utilisation des outils fournis par l’infrastructure Huma-num). A terme il s’agit d’équiper cette salle d’équipements numériques de pointe (imprimantes 3D, matériels d’acquisition 3D, accès à des plateformes d’hébergement de données, outils de webmapping…etc.) pour permettre aux laboratoires d’expérimenter des dispositifs digitaux en dehors du cadre stricts des projets et proposer des dispositifs de formation innovants aux chercheurs pour optimiser nos démarches de recherche et de diffusion de nos connaissances.

Pratiquement, ArchéoFab regroupe :

outre ces actions spécifiques, ArchéoFab comprend aussi des événements organisés en collaboration avec nos partenaires :