Délos : un sanctuaire antique face au numérique

Coordination : R. Etienne – UMR 7041 ArScAn (Univ. Paris I), L. Costa – UMR 7041 ArScAn (Archéologies du Bassin Parisien, Eq Arch. Monde Grec Archaïque)

Delos est avec Delphes, l’un des plus prestigieux sanctuaire grec de la Méditerranée. Utilisé depuis le huitième siècle BC jusqu’à la fin de l’Antiquité romaine, il restera le plus important sanctuaire maritime de la Méditerranée dans l’Antiquité.

Depuis le premier travail archéologique réalisé par l’École française d’Athènes en 1870 et jusqu’à aujourd’hui, Délos est le lieu où les archéologues ont produit un nombre remarquable de documents innovants pour leur époque (cartes, dessins, restitutions etc …) qui deviendront des documents de référence pour les écoles d’archéologie. L’une des cartes les plus célèbres de Délos sera la carte de Maar au 1/500e. L’objectif a donc été de réunir sous la forme d’un SIG en ligne l’ensemble de la documentation produite depuis plus de 100 années de présence française sur ce site. A ce titre la plateforme RECIF du programme Bassin Parisien a été utilisée comme outil commun pour la mise en ligne des données spatiales et cartographiques sur le site.

Ce travail, réalisé dans le cadre de la publication du Sanctuaire d’Apollon (dirigé par R. Etienne, professeur honoraire à l’Université de Paris 1, publication en cours, Explorations archéologiques de Delos, Efa), nous a amené à produire des modèles tridimensionnels. Outre le travail de synthèse qu’il nous a permis de réaliser, la construction de cette démarche de restitution a été l’occasion d’interroger nos visions de ce patrimoine majeur et de proposer de nouvelles solutions de restitutions et de compréhension de ce sanctuaire. En outre, ce travail a permis de déboucher sur une réflexion sur l’objectivité et les objectifs des restitutions qui sont proposées de ces espaces anciens. Ici sur Délos , par exemple, la restitution des colonnes ou des bases portant les statues transforme la vision que nous pourrions avoir de la zone autour de l’autel d’Apollon. Ils permettent de percevoir l’obstruction du sanctuaire vers 150 av. J.-C. qui ne pouvait pas être connue avant de faire la restitution.

Le travail se poursuit maintenant par la mise en valeur de la maquette numérique du sanctuaire et par l’enrichissement du site de webmapping.

Accéder aux ressources du projet :