Remonter le temps

Coordination : H. Noizet – Univ. Paris 1 (UMR8589 LAMOP), Jean-Luc Pinol – ENS Lyon, L. Costa – UMR 7041 ArScAn (Archéologies du Bassin Parisien, Eq Arch. Monde Grec Archaïque)

Depuis deux ans, plusieurs chercheurs réfléchissent à la construction d’une application Web adaptée à différents types d’écrans1 qui permettrait de parcourir les rues d’une ville en ayant un outil permettant de remonter le temps et de définir des visites thématiques (architecture, histoire sociale, histoire de l’art, événements politiques, représentation littéraire…).

L’interrogation et la visualisation dynamique et simple des données historiques urbaines constitue un enjeu à la fois scientifique et citoyen compte tenu de l’accroissement de la masse de données : il faut aller au-delà des formes de spatialisation classiques type SIG pour permettre des interrogations spatio-temporelles plus souples, c’est-à-dire à la fois plus simples et permettant d’établir plus facilement des croisements entre les données. Répondre à ce défi serait un apport de premier ordre pour exploiter les savoirs déjà constitués et diffuser les connaissances tant dans le cercle scientifique qu’au sein de la société civile. La dimension culturelle et patrimoniale se double d’un impact économique. Les publics concernés par la double dimension à la fois d’exploration et de restitution de la connaissance urbaine sont multiples et il est aujourd’hui concevable de répondre à des attentes diverses grâce aux approches multiscalaires. Pour autant, permettre l’accès aux données ne suffit pas. Pour que les données prennent sens, il faut qu’elles soient interprétées et commentées par des spécialistes. Ces commentaires se présenteront sous la forme de signets rédigés par des auteurs reconnus et seront adaptés aux différents publics.

On a beaucoup écrit sur la ville-palimpseste. La ville l’est assurément mais elle est aussi un ensemble de formes héritées du passé utilisées dans des contextes sociaux renouvelés, en particulier dans les villes européennes. Il sera possible de rendre visibles ces différents processus. Les modèles 4D générés pour ce projet se distinguent des modèles 3D classiques de deux manières. D’une part, la dimension chronologique est essentielle et un slider chronologique est systématiquement ajouté aux outils de zoom, d’autre part, à la différence des modèles 3D produits à l’aide de grammaires génératives ou de formes vectorisées, les modèles utilisent les techniques photogrammétriques et, donc, les pixels volumétriques ou voxels. Chaque voxel peut embarquer de nombreux attributs sur des événements historiques datés. Par le biais d’entités nommées qui font partie des attributs, il est facile de rassembler les événements qui relèvent des mêmes entités nommées.

La réflexion s’est portée sur Paris car la masse critique des données atteint un seuil significatif depuis qu’un grand nombre de recherches sont déjà réalisées et accessibles en ligne sur les serveurs de la TGIR (par exemple Alpage ou la carte de la déportation des enfants juifs pendant la seconde guerre mondiale2…). L’objectif est de moissonner les données rassemblées par diverses équipes de recherche ou par des chercheurs individuels et de les intégrer dans une visualisation dynamique. Au cours de cette réflexion, nous avons travaillé avec le Digital Humanities Lab de l’EPFL (Frédéric Kaplan) qui porte le projet Venice Time Machine. Un projet de Flagship européen rassemblant une vingtaine de pays et de nombreuses équipes est en construction. Il a été décidé que trois villes (Venise, Amsterdam et Paris) serviraient à tester différents outils d’ici l’horizon 2020.

Le projet parisien a été présenté à différentes institutions culturelles parisiennes qui ont manifesté leur intérêt (Archives de Paris, Musée du CNAM, Bibliothèque de l’Hôtel de Ville, Musée Carnavalet…) et qui, pour certaines, ont intégré le projet Time Machine Flagship FET. Par ailleurs, ce projet a été officiellement présenté au comité d’histoire de la ville de Paris. La réflexion nous a amené à travailler avec les collègues de l’EPFL mais pas seulement. Des collègues comme Hélène Noizet qui a piloté le projet Alpage, ou Jean-Luc Pinol, qui a mis en ligne avec l’aide de la TGIR, les données de Serge Klarsfeld sur la déportation des enfants juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale, ont présenté, dans plusieurs colloques européens, les recherches menées et des visualisations déjà réalisées. Dans ce domaine, plusieurs manifestations ont eu lieu ou sont prévues avec l’Association Italienne des Historiens de la Ville (AISU), avec l’Association européenne des Historiens de l’urbain (EAUH), avec la Société française d’histoire urbaine (SFHU) ou avec les conférences européennes Histoire Sciences Sociales (HSSEC). Une grande part des relations nouées au cours de ces manifestations scientifiques participent au Flagship déjà cité. Par ailleurs, les échanges avec l’équipe d’Amsterdam (Julia Noordegraaf impliquée dans CLARIAH et Charles van den Heuven) sont appelées à se développer.

Une réflexion sur la création d’un consortium Human-num  est actuellement menée. Elle permettrait de pouvoir développer des outils de visualisation, de constituer une plateforme moissonneuse, de travailler sur le design et le caractère user friendly des applications. Dans un premier temps, ce consortium travaillerait sur le cas parisien pour des raisons de concentration des données déjà collectées mais il développerait des outils en open source et des méthodologies qui pourront être utilisés pour toute autre espace urbain. Ce consortium pourrait s’intituler Remonter le temps ou Time Machine France.

Partenaires :

  • MAE de Nanterre
  • UMR Lamop
  • UMR Arscan
  • Digital Humanities Lab (EPFL)
  • EA Analyse Comparée des Pouvoirs (UPEM), participe au Labex Futurs Urbains
  • TGIR Huma-num

Participants :

  • Manuel Charpy, CNRS, Visual Studies
  • Laurent Costa, CNRS, ARSCAN, Projet Alpage
  • Mathieu Fernandez, CNAM, Projet Alpage
  • Gérald Foliot, CNRS, TGIR Huma-Num
  • Maurice Garden, ENS Cachan, Atlas des Parisiens
  • Lea Hermenault, Paris 1, LAMOP, projet Alpage
  • Frédéric Kaplan, EPFL, Projet Time Machine
  • Isabella de Lenardo, EPFL, Projet Time Machine
  • Guillaume Mazeau, Paris 1, projet Histopad
  • Frédéric Moret, Paris-Est, Projet Ville et Numérique
  • Hélène Noizet, Paris 1, LAMOP, Projet Alpage
  • Jean-Luc Pinol, ENS Lyon, Atlas des Parisiens
  • Paul Rouet, APUR, projet Alpage