Cartes anciennes : Etat-Major

Coordination : Laurent Costa – UMR 7041 ArScAn (Archéologies du Bassin Parisien, Eq Arch. Monde Grec Archaïque)

La constitution d’un référentiel géohistorique, couplé aux outils de diffusion et d’analyse adéquat peut permettre à des chercheurs des différentes disciplines historiques de travailler ensemble sur un espace géographique commun.

Ce prédicat est particulièrement vrai pour l’archéologie qui, en plus d’être une science d’érudition, est aussi science de l’information et tout particulièrement de l’information géographique (Guimier-Sorbets, 1999). L’archéologie comme discipline est la résultante de l’activité cumulée sur des territoires d’organisations et d’acteurs qui poursuivent des objectifs propres avec des problématiques, des moyens et des outils différents. Ces organisations tendent vers un but commun minimal : la reconstitution des systèmes culturels du passé à partir des traces matérielles qui en subsistent. Toute activité humaine se situe dans un espace positionné sur le globe terrestre. Cet espace dans lequel vivent les individus est le lieu où s’exercent des interactions complexes entre l’homme et son milieu et ces relations marquent matériellement les territoires des hommes. C’est le rôle de l’archéologue que de comprendre ces marques « géohistoriques » (inscrites dans un lieu et à un moment donné). La recherche archéologique possède donc une composante spatiale primordiale, inhérente à la matière qui est observée.

Les outils de la géomatique qui ont connu une croissance massive en archéologie dans les années 1980-1990 ont conduit à un accroissement de l’utilisation des représentations spatiales déjà très présentes chez les archéologues. Cette évolution des pratiques n’a pas été sans conséquences car l’utilisation et l’adoption d’une technologie n’est pas neutre. Les techniques sont porteuses de projets, de schèmes imaginaires, d’implications sociales et culturelles variées (Lévy, 1997). La géomatique et les bases de données géohistoriques, instruments au service d’une discipline, sont aussi porteurs d’idées, de projets sociaux, d’utopies, d’intérêts économiques, de modèles dominants conscients ou non. Des sig bureautiques jusqu’aux websig collaboratifs, le panel des outils géo-informatiques s’est considérablement enrichi depuis ces dernières décennies (Pornon, 2007 ; Pornon, Noucher, 2007) en s’appuyant de plus en plus sur les possibilités qu’offre le réseau Internet. Les référentiels géohistoriques remettent au centre de nos pratiques, comme un nouvel enjeu des principes de mutualisation et de partage.

Cette notion de référentiel géohistorique doit être entendue comme étant un noyau d’informations géographiques permettant de localiser directement ou indirectement les données expertes produites par les chercheurs. Cette démarche nécessite de créer un ensemble de couches de référence qui puisse permettre de spatialiser sur des bases géographiques fiables des ensembles de données historiques possédant des références géographiques plus ou moins complexes à manipuler. Il s’agit par exemple, de réinscrire dans un espace géographique contemporain des données aussi variées que les sites archéologiques, les limites de seigneuries médiévales, les foyers fiscaux étudiés à partir des rôles de taille du début du xive siècle, ou encore des hôtels aristocratiques du XIIIe ou du XIVe siècle, etc. (Bourlet, Layec, 2013 ; Bove, 2013). Dans ce sens, la notion de référentiel géohistorique renouvèle celle de fonds de carte et constitue pour les programmes de recherche historique ayant une dimension spatiale, un des socles élémentaires du partage de données et donc de l’interdisciplinarité.

Dans ce contexte, les référentiels géohistoriques, s’ils répondent aux logiques de fonctionnement et aux besoins propres de chacune des organisations de la discipline, induisent aussi la mise en place de nouvelles logiques de recherche. Celles-ci sont les véritables enjeux du développement de nos systèmes. Elles sont basées sur des principes de fédération et de mutualisation des informations qui bien souvent permettent d’aller au-delà des besoins initiaux et ouvrent par conséquent sur des potentiels de partage et de réutilisation jusqu’ici inenvisageables. Mais pour être pleinement opérationnels, ces mêmes outils ne peuvent être dissociés des acteurs de la discipline, qui dialoguent, négocient et possèdent chacun des logiques, des cultures, des outils qui leur sont propres. L’examen des modalités de mise en œuvre de ces référentiels géohistoriques permet de mettre au jour des lignes directrices collectives et de préciser ce qui est à la base de ces nouvelles pratiques de recherche qui sont des expressions concrètes et matérielles de ces nouvelles formes contemporaines de l’interdisciplinarités.

Nous souhaitons créer un environnement de travail pour les différents programmes de recherche et leur permettre d’avoir accès à des données et à une série d’outils minimum. En arrière-plan, l’idée est aussi de normaliser ad minima les données pour constituer un catalogue/répertoire interopérable et fonder une culture technique commune. Ce dispositif s’appuie tout spécifiquement sur la mise en œuvre de bases de données spatiales à plusieurs échelles, du local au Bassin parisien et sur le respect des standards en matière de données géographiques (OGC et INSPIRE).

Ce projet a pris la forme de différents exercices de saisie collaborative associant un aspect pédagogique avec la réalisation active d’une base de données. Un premier exercice de saisie en ligne de la minute de la carte d’Etat-major (1820-1840) a été mis en place depuis 2014 en utilisant la plateforme Recif du programme archéologie du Bassin Parisien. Cet exercice suivi par une vingtaine d’étudiants de M1-M2 de l’EHESS et de Paris 1 chaque année visait un double objectif :

  • Constituer un référentiel géographique sur les espaces préindustriels en relevant à partir des cartes anciennes une série de thématiques jugées prioritaires à savoir, les limites administratives, les toponymes, le réseau hydrologique, les modes d’occupation des sols et le réseau viaire.
  • Former à la saisie collaborative les étudiants et les chercheurs participant à l’exercice.

Les données générées au cours de ces exercices sont maintenant accessibles à la communauté en open data. Le projet va prochainement être porté sur la nouvelle plateforme Recif dans le cadre de la migration à venir.

Partenaires du projet :

  • EHESS – Plateforme géomatique
  • Université de Paris I Panthéon sorbonne
  • Université de Paris-Nanterre

Accéder aux ressources du projet :