Les Neufs de Transilie

Projet collaboratif entre les membres de l’association Les Neufs de Transilie et l’UMR 7041 ArScAn – Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041) à la Maison René Ginouvès (archéologie et ethnologie)-Université Paris Ouest / CNRS.

Coordinateurs : L. Costa – UMR 7041 ArScAn (Bassin Parisien, Eq. Monde grec Archaïque), I. Lhomel  – Atelier de restitution du patrimoine, département du Val-d’Oise)

L’interrogation et la visualisation dynamique et simple des données sur les transformations des espaces et des territoires est un enjeu à la fois scientifique et citoyen. Les technologies actuelles nous permettent d’envisager d’aller au-delà des formes de spatialisation classiques type SIG pour permettre des interrogations spatio-temporelles plus souples, c’est-à-dire à la fois plus simples, intégrant des typologies de ressources encore plus variées et permettant d’établir plus facilement des croisements entre ces variétés de données et ainsi reconstruire une continuité entre le monde de la recherche en géohistoire, celui de la décision territoriale et le public citoyen. De plus nous sommes face à un contexte où la numérisation de masse de la plupart des documents tout comme la puissance et la souplesse des technologies actuelles (Web 2.0, Webmapping) permettent d’envisager l’intégration critique et intelligente d’une documentation autrefois négligée.

Il y a donc un enjeu à construire des « interfaces intégratrices » permettant d’exploiter les savoirs déjà constitués et diffuser les connaissances acquises tant dans le cercle scientifique qu’au sein de la société civile. C’est cet objectif fondamental qui sert de base à la collaboration que nous mettons en place entre le programme Archéologies du Bassin Parisien et l’association des 9 de Transilie. Plus clairement encore, il s’agit de mettre en commun au travers d’outils numériques partagés des corpus de données géo-référencées sur le territoire Francilien. Reste cependant que de nombreux verrous technologiques et organisationnels sont à franchir pour développer une véritable dynamique d’intégration et de partage, car si on sait aujourd’hui donner accès à des fichiers et des sources par différents outils de partage (FTP, sites web), l’accès brut aux données ne suffit pas, même si elle est la première étape. Pour que les données prennent sens, il faut qu’elles soient interprétées et commentées par des spécialistes et que les commentaires des différents spécialistes puissent être confrontés entre-eux pour aboutir à une sorte de culture descriptive commune. Partager des données constitue une chose que nous maîtrisons mais partager des savoirs et des expériences nécessite de s’interroger plus profondément sur le « faire ensemble ».

Notre réflexion s’est portée sur la région Ile-de-France sur laquelle des acteurs existants souhaitaient s’associer à notre UMR afin de mettre en valeur leurs corpus de données. L’association les Neufs de Transilie, regroupe des structures patrimoniales franciliennes qui placent au cœur de leur travail le territoire Francilien et ses habitants. En terme de réseau, cette association regroupe, sous l’égide de la DRAC, des structures patrimoniales franciliennes (musées, centres d’interprétation, services…) qui travaillent collectivement autour de questions liées au territoire franciliens. Leurs études et leurs documentations ont vocation à être partagées, mutualisées et communiquées afin d’être utiles au plus grand nombre. Les 9 ont tous en commun une réalité géographique et sociale spécifique : la banlieue et la grande banlieue Parisienne. Ils sont attentifs aux dimensions des pratiques et des représentations sociales, du quotidien, mais aussi de l’intrication étroite entre les héritages du passé et les mouvements accélérés de la modernité. Ils proposent, depuis plus de 20 ans pour certaines de ces institutions, par le biais de collectes ciblées et de restitutions (expositions, publications…Etc.) d’éclairer des éléments essentiels de la vie des populations. Toutes ces actions ont permis de réunir un important corpus de documents qui permet de mettre en exergue un contexte urbain et rural très particulier, dans une région marquée par un système longtemps centralisé et soumis plus que jamais à une pression et une dynamique d’évolution et de transformation importante. L’enjeu de mémoire est d’autant plus important que ce territoire est aujourd’hui en plein débat sur une nouvelle identité territoriale : la Métropole du Grand Paris.

Tous ces acteurs disposent donc d’une documentation très riche et extrêmement variée (photos, textes, témoignages oraux, films, objets, bâtiments, plans, cartes de projets, gravures, dessins, peintures….etc.) sur l’histoire sociale de leur territoire, mais dispersée, difficilement accessible (puisque dans chacune de ces institutions), avec des schémas de classement spécifiques à chacune des institutions et dont la sauvegarde (pour tout ce qui est numérisé) n’est que peu voire pas assurée. En termes quantitatifs, la documentation n’est pas évaluée précisément mais le chiffre est largement de l’ordre de plusieurs milliers de documents. Il y a donc une dimension patrimoniale et économique importante en plus de la dimension scientifique. De plus, cette documentation concerne des thématiques qui par nature entrent en résonance avec les centres d’intérêt des équipes de recherche de l’UMR ArScAn et tout particulièrement avec le programme Archéologies du Bassin Parisien car il s’agit bien de créer ce qui peut être vu comme un référentiel géohistorique sur les espaces Franciliens. La notion de référentiel géohistorique renouvelle celle de fonds de carte et constitue pour les programmes de recherche ayant une dimension spatiale, un des socles élémentaires du partage de données donc de l’interdisciplinarité.

Le projet n’en est qu’à ses débuts et rien pour le moment n’a véritablement été fixé. Seules les décisions de principe ont été adoptées ainsi qu’une première étude sur l’évaluation des besoins. Cette étude prend la forme d’un chantier exploratoire et collaboratif toujours en cours. Deux workshops ont été organisés à l’université de Paris-Ouest d’abord pour former les collègues dépositaires de collections aux bases de la spatialisation des données et ensuite pour construire ensemble une maquette applicative et élaborer une future application permettant la consultation / manipulation ainsi que le dépôt de ces documents. Cette dimension collaborative est ici fondamentale car il faut signaler que ces corpus par leurs natures intrinsèques sont liés à des thématiques et des territoires très spécifiques et que ce sont ceux qui les ont collectés qui sont les mieux placés pour en assurer la spatialisation et la description. Deux points ont donc été discuté celui du dépôt et celui de la spatialisation.

Pour le dépôt, l’enjeu est de trouver un système de dépôt à la fois ouvert (cad accessible à des acteurs institutionnel ne faisant pas partie du monde de la recherche) et sécurisé. La réflexion est en cours avec deux options possibles qui offrent des perspectives potentiellement pertinentes : Nakala (Humanum) et MediHal (Ccsd). Des tests sont actuellement en cours afin d’évaluer les intérêts et les potentiels de ces deux outils de dépôts d’archives numériques.

Pour la spatialisation des documents, le programme Archéologie du Bassin Parisien a développé la plateforme Recif qui permet de disposer d’un outil de type WebSIG pour l’ensemble des projets associés. C’est donc cet outil que nous choisit d’utiliser et l’enjeu est maintenant de trouver à la fois un process ainsi qu’une interface permettant à chacun des acteurs de spatialiser ses corpus de la façon la plus friendly-user possible. Un premier test est réalisé sur la ville nouvelle de Cergy-Pontoise et plus particulièrement sur la ville de Pontoise en association avec l’ARPE95 (Atelier de restitution du patrimoine et de l’ethnologie du Val-d’oise – I. Lhomel). Le choix de cette zone s’explique d’abord par la proximité et la connaissance que nous en avons (l’auteur de ces lignes y habite depuis 20 ans !) et aussi par le très riche potentiel documentaire qui y existe (plusieurs milliers de documents pour certains très anciens, de nombreuses études historiques…). Nous avons donc restreint notre première approche aux documents graphiques et photographiques avec un choix aléatoire d’environs 500 documents traitant de Pontoise et de la ville nouvelle de Cergy-Pontoise. Ces 500 documents sont de différents types : cartes postales, prises de vues, enquêtes ethnologiques et témoignages oraux retranscrits, vidéos et prises de sons. L’échelle temporelle de ces documents s’étale du début du XIXe aux années 1970. Le travail est actuellement en cours et une cinquantaine de documents ont été à ce jour spatialisés, essentiellement des cartes postales du XIXe s. ainsi que quelques plans de bâtiments. Ici le travail est complexe car chaque type de document nécessité une réflexion propre. Pour les prises de vue et les cartes postales par exemple nous avons choisi de positionner l’image en fonction du point de prise de vue.

Le travail se poursuit mais dans les mois à venir, une migration de notre plateforme Recif vers une nouvelle technologie (de dynmap vers Geo) permettra de gérer d’une manière plus pertinente encore la dimension spatiale de ce catalogue de médias. Cette nouvelle technologie nous permettra de proposer une nouvelle maquette d’ici à la fin de l’année 2017 et de porter la réflexion commune à la fois sur le fond (schéma descriptif) et sur la forme (quelle interface pour quel public ?). De nouveaux workshops doivent d’ailleurs être programmés à l’horizon de cette fin d’année 2017 début 2018 avec les collègues permettant de pousser plus loin la réflexion et derrière de faire évoluer notre première application qui pourra ensuite être mise à disposition de tous les acteurs associés pour engager le dépôt à une plus large échelle. Même s’il est aujourd’hui complexe de s’engager sur un calendrier précis de réalisation, nous souhaiterions pouvoir proposer une première restitution publique de ces premières étapes fin 2018 sous la forme d’une journée d’étude du programme archéologie du Bassin Parisien. Restera ensuite à aller plus loin, sur le plan informatique en proposant par exemple des outils de tag interactifs permettant d’associer des images ou des parties d’images entre-elles et donner à ces corpus une réelle dimension interactive et toute sa dimension heuristique permettant à de nouvelles études d’émerger.

Au final notre projet peut aussi se lire en une série d’actions que nous mènerons successivement ou parallèlement durant les années 2017-2018. Il s’agit plus spécifiquement de :

  • Collecter des données auprès des différents acteurs locaux,
  • Gérer et structurer cette information,
  • Évaluer la pertinence de ces informations notamment en termes de fiabilité,
  • Mutualiser les données disponibles, brutes ou analysées (cartes, documents iconographiques, données historiques, archéologiques, ethnologiques, sociologiques, par exemple),
  • Croiser les approches,
  • Communiquer par le biais d’une application des résultats pertinents et synthétiques en direction des collectivités locales, des chercheurs, des enseignants, des particuliers par la mutualisation de données,
  • Faciliter les diagnostics sur le plan du développement local en vue d’études, de perspectives d’aménagement et d’équipement à différentes échelles géographiques.
  • Construire un outil d’aide à la décision dans le cadre de l’élaboration des choix stratégiques des collectivités locales, de la région ou de l’État.

Les acteurs en présence dans l’association des 9 de Transilie sont :

  • Musée départemental de la Seine-et-Marne -77 750 SAINT CYR SUR MORIN ;
  • Ecomusée – Ferme de la Coulevrain, 77176 SAVIGNY-LE-TEMPLE ;
  • Musée de la Ville-Saint-Quentin-en-Yveline , 78180 MONTIGNY-LE-BRETONNEUX ;
  • Maison de banlieue et de l’Architecture, 91200 ATHIS-MONS ;
  • Maison française de la photographie, 91570 BIEVRES ;
  • Musée d’histoire urbaine et sociale, 91150 SURESNES ;
  • Unité Patrimoine et Arts Visuels, 93120 LA COURNEUVE ;
  • Ecomusée du Val de Bièvre, 94260 FRESNES ;
  • Atelier du patrimoine et de l’Ethnologie, 95032 CERGY-PONTOISE ;
  • Mission Mémoires et Identités en Val de France, 95400 VILLIERS-LE-BEL ;
  • Musée Intercommunal d’Etampes, 91150 ETAMPES ;
  • Musée de l’histoire vivante de la ville de Montreuil, 93100 MONTREUIL