Rurland : Référentiels antiques

Coordinateur :

M. Réddé – EPHE, UMR 8210, Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques (Anhima).

Le projet Rurland, The Rural lands of North-eastern Gaul, from the late La Tène to the late antiquity, financé par l’ERC (ERC-2013-ADG, agreement 338680) est centré sur la période romaine. Il se propose d’examiner, dans la longue durée, l’évolution du monde rural avec ses antécédents protohistoriques et ses mutations de l’Antiquité tardive, dans une vaste zone où la recherche récente, quoique active, n’a pas donné lieu à des synthèses.

Il concerne tout le quart Nord-Est de la Gaule romaine, de la Seine au limes germanique, de la mer du Nord au plateau suisse, soit les provinces antiques de Belgique, des deux Germanies et une petite partie de la Lyonnaise. Il s’étend donc sur six états modernes (France, Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Luxembourg, Suisse), dans lesquels l’étude sur les campagnes romaines est inégale, pour des raisons qui tiennent à l’histoire de la recherche ancienne ou aux méthodologies actuelles, aux barrières linguistiques et bibliographiques, mais aussi à la diversité même des paysages naturels qui forment tout l’hinterland de la frontière romaine de Germanie.

Un travail de constitution de référentiels pour la période antique a été engagé dans le cadre du programme européen Rurland qui a choisi la plateforme du programme Archéologie du Bassin Parisien comme outil de publication définitif des données collectées durant le programme de recherche. Ce travail s’appuie à la fois sur de la création de base de données nouvelles et sur une dynamique d’intégration de données existantes concernant l’Antiquité. Le travail de création pour les référentiels antiques a été principalement engagé par P. Ouzoulias (CR, UMR ArScAn Eq. Environnement) dans le cadre de ses travaux de recherche :

  • La première base de données créée est un inventaire des principales cités antiques d’après les sources publiées (Carte archéologique de la Gaule et autres publications). Chaque cité est identifiée sur la base des noms de commune actuelle, dans la langue du pays auquel elle appartient, les coordonnées sont indiquées selon la projection de Lambert II étendu, du centre de la ville antique (le forum quand sa localisation précise est connue) ou à défaut le centre de la commune actuelle. Figure son nom durant le Haut-Empire ainsi que l’indication de l’évolution de son statut durant l’Antiquité tardive. En effet, certaines des cités perdent ce statut à cette époque (nous considérons que c’est globalement le cas de toutes les cités de la Germanie supérieure, à l’est du Rhin) et d’autres bénéficient d’une promotion à cette époque (notamment Châlons et Verdun). Actuellement 132 cités sont actuellement recensées dans la base de données.
  • La seconde base de données est celle des inscriptions des Gaules et des Germanies. Elle a été réalisée selon les mêmes principes que le fichier précédent. Dans la très grande majorité des cas, les coordonnées (Lambert II) sont celles du centroïde de la commune de découverte des inscriptions. Pour les chefs-lieux de cités, ces coordonnées sont celles du précédent fichier. Enfin, dans certains cas, nous avons essayé de distinguer les inscriptions trouvées dans la ville antique de celles découvertes dans sa proche périphérie, mais dans le même territoire communal actuel (cf. l’exemple de Nîmes). La quatrième colonne correspond au nombre d’inscriptions découvertes. Ce corpus a été réalisé à partir d’un dépouillement des grands recueils (liste ci-dessous) et de l’Année épigraphique jusqu’au dernier numéro (année 2010 publiée en août 2013). Nous avons vérifié ou complété, lorsque la possibilité existait, les lieux de découvertes de ces inscriptions dans les Cartes archéologique de la Gaule (CAG). Ce corpus est actualisé régulièrement, notamment en profitant de la publication de nouveaux recueils (inscriptions de la cité de Valence publiées en 2013). Un outil de saisie et d’actualisation du corpus sera par ailleurs mis en place.

Parallèlement, une reprise des données existantes et plus particulièrement celle du Digital Atlas of Roman and Medieval Civilizations (DARMC), a été engagée. Ce remarquable atlas historique numérique actuellement en ligne a été développé par une équipe de chercheurs et d’étudiants de l’Université d’Harvard, qui propose une représentation cartographique, temporelle et interactive des civilisations des mondes antiques et médiévaux (de l’Empire romain au 16ème siècle). Ces différentes couches données librement téléchargeables en dur ou par le biais d’un service WMS s’appuient sur les informations contenues dans le « Barrington Atlas of Greek and Roman World ».

D’autres ressources vont être exploitées comme le Stanford Geospatial Network Model of the Roman World14 traitant des réseaux antiques ou encore le répertoire Pléiade traitant de la toponymique historique pour les périodes antiques. Ce dernier répertoire en accès libre, principalement centré sur le monde gréco-romain antique est développé par l’Institute for the Study of the Ancient World (New-York University) et the Ancient World Mapping Center (UNC Chapel Hill). Il constitue une base de données indispensable pour toute opération de géocodage sur les espaces anciens.

Un rapprochement vers les institutions porteuses de ces projets sera engagé pour poursuivre ce travail d’intégration et constituer un répertoire cartographique accessible à la communauté des chercheurs et déterminer par la suite les axes de développement pour la création des référentiels manquants.

Un autre travail a été engagé sur la création d’une base de données en ligne sur les sols et sur leurs potentialités agronomiques, homogénéisée à l’échelle de la France. Ce projet a pris la forme d’un contrat post-doctoral, durant les années 2014-2015 (E. CAMIZULI). Ce travail a été réalisé en collaboration étroite avec Christophe Petit (géoarchéologue, Université de Paris 1), Pierre Ouzoulias (archéologue, CNRS, UMR ARSCAN) et Laurent Costa (IR, CNRS, UMR ARSCAN). Il a donné lieu à la création de toute une série de couche issues de la synthèse des données géologiques et géomorphologiques disponibles auprès des institutions européennes et nationales et à la reprise et à ,la mise en forme de données sur les potentialités agricoles.

Participants:

OUZOULIAS Pierre – UMR 7041, ArScAn (Eq. Env.), ACHARD-COROMPT Nathalie – Inrap, BANDELLI Alessio – Inrap / UMR 7209, BERGA Alain – Inrap, BLANCHARD Johann – Inrap, BLONDIAU Lydie – Inrap / UMR 8164, BOULANGER Karine – Inrap, BOULENGER Lionel – Inrap, BROUTIN Pierre – Inrap / UMR 7041, BRUANT Jean – Inrap / UMR 7041, CLAVEL Viviane – Inrap, CLOTUCHE Raphaël – Inrap / UMR 7041, COUBRAY Sylvie – Inrap, DE MUYLDER Marjolaine – Inrap, DESCHEYER Nathalie – Inrap, DEVEVEY Frédéric – Inrap, DURAND Frédérique –  Inrap / UMR 6249, DUVETTE Laurent – Inrap, FECHNER Kai – Inrap, GAUDEFROY Stéphane – Inrap, GIORGI Cyril – Inrap, JUDE Cécile – Inrap, KASPRZYK Michel – Inrap / UMR 6298, LAFFITTE Jean-Denis – Inrap, LORQUET Philippe – Inrap / UMR 5060, MALRAIN François – Inrap / UMR 8215, MARÉCHAL Denis – Inrap, MEYER Nicolas – Inrap, PILLARD-JUD Céline – Inrap, QUEREL Carole – Inrap / UMR 8164, WIETHOLD Julian – Inrap / UMR 6298, COSTA Laurent – UMR 7041 (Bassin Parisien).

Accéder aux ressources :