Incendies archéologiques

Coordinateur : Christophe Petit – Univ. Paris 1, UMR 7041 (Eq Archeo Env.)

Objectifs :  Si les environnementalistes travaillent de plus en plus sur le « signal incendie » dans les séquences naturelles, les niveaux d’incendie repérés sur les sites archéologiques n’ont pas fait l’objet de la même attention par les archéologues. Pourtant, la compréhension de ces couches-repères présentes à la fois sous toutes les latitudes et quelle que soit la chronologie ( de la préhistoire aux périodes modernes) constitue un nouveau champs d’investigation pour peu que l’on prenne soin de les analyser précisément et d’y intégrer l’ensemble des données archéologiques.

L’établissement d’une grille de lecture transversale aux périodes et aux espaces de ces couches d’incendie dans les sites archéologiques pourrait permettre de proposer des clefs de recalage chronologique et d’interprétation des sites.

La base de données : (http://mapd.sig.huma-num.fr/incendies_historiques/flash/)

A chaque incendie répertorié dans la littérature archéologique (données de fouilles, données épigraphiques) ou historiques, dans la littérature, dans les archives ou les représentations iconographiques (plans, photos, peintures…). Si un incendie est documenté par plusieurs sources, un onglet permet de faire le lien entre ces différentes sources documentaires. Par exemple, un incendie cité par César dans le de Bello Gallico peut être relié à une couche d’incendie repéré sur un site archéologique. Les données de la base de données sont consultables par tous.

Organisation du projet collectif 2018-2023 : Dans le cadre du contrat quinquennal 2018-2023,  l’activité scientifique de ce thème associera des journées annuelles d’étude et des séances de saisie collaborative ; un colloque de clôture se tiendra la cinquième année.

A chaque journée d’étude, un chercheur extérieur sera invité en complément des chercheurs locaux de notre UMR. Les travaux collaboratifs qui permettent d’alimenter la base de données seront ouverts aux chercheurs et aux doctorants de l’UMR. Ces séances seront l’occasion d’organiser le dépouillement de la bibliographie publiée, l’alimentation à distance de la base de données. Une première analyse des résultats recueillis sera présentée annuellement par un collectif de doctorants lors des journées d’études.

La première réunion de travail en 2017 est fixée le jeudi 23 novembre 2017 de 10h à 16h à la MAE

Nous avons retenu quatre thèmes susceptibles d’intéresser la plupart des équipes :

– Année 2018 : Les incendies accidentels, processus taphonomiques exceptionnels

– Année 2019 : Les incendies comme fait de guerre.

– Année 2020 : Extension spatiale et temporalités des incendies.

– Année 2021 : Les incendies, reflets des fureurs de la terre.

– Année 2022 : colloque de clôture

Ces journées pourront déboucher à terme sur une ou plusieurs publications collectives (éventuellement CNRS Éditions) ou dans la publication électronique de la MAE « Arche@ » (revue électronique en cours de création).

« Porte de Babylone » incendié de l’oppidum de Cordes-Chateloi à Hérisson (Allier).

Photo David Lallemand