Gravures rupestres préhistoriques du sud de l’Ile-de-France

Coordination  : 

Boris Valentin – Univ. Paris 1, UMR 7041 (Ethnologie préhistorique)

Le PCR Art rupestre préhistorique dans les chaos gréseux du Bassin parisien Étude, archivage et valorisation porte sur la préservation, l’analyse et la mise en valeur des abris gravés mésolithiques et paléolithiques dans les massifs gréseux de Fontainebleau. Plus de 2 000 abris gravés, de dimensions généralement réduites, y ont été répertoriés à ce jour, la plupart par le GERSAR (Groupe d’Étude de Recherches et de Sauvegarde de l’Art Rupestre).

On a pu reconnaître deux œuvres au moins dans ces abris dont la facture paléolithique est flagrante et il en existe probablement une troisième d’âge pléistocène. Il y a aussi des centaines de milliers de sillons plus ou moins profonds, souvent organisés en quadrillages. Ceux-ci remonteraient au Mésolithique. L’ensemble constitue donc un patrimoine préhistorique absolument unique, à la fois luxuriant vu son caractère « accumulatif » et densément concentré, tout particulièrement dans quelques zones comme le massif des Trois-Pignons en forêt de Fontainebleau. S’y ajoutent de très nombreux symboles d’âges plus récents (protohistoriques lato sensu et historiques) fréquemment gravés dans les mêmes abris.

Ce projet de PCR entend remédier, notamment par la numérisation 3D et essentiellement au moyen de la photogrammétrie, à la perte irrémédiable d’information à laquelle nous exposent les risques de dégradation pesant sur bon nombre d’abris vu la fréquentation touristique très élevée de ces forêts.

Du même coup, nous souhaitons faire mieux connaître cette composante importante des patrimoines préhistoriques tout en cherchant à propos de ces œuvres des réponses à quelques questions sur lesquelles les relevés 2D réalisés jusqu’ici sont restés plutôt muets.

En plus des investigations sur les outils de numérisation, la recherche méthodologique concerne la conception d’une plate-forme de présentation 3D pour offrir aux participants au projet une base commune d’utilisation des modèles 3D.

On distinguera alors plusieurs axes de recherche principaux :

  1. un axe de recherche appliquée, essentiellement consacré au Mésolithique ;
  2. un axe plutôt méthodologique s’appuyant sur un retour d’expérience autour de la numérisation des parois gravées ;
  3. un axe consacré à l’archivage/préservation et à la valorisation de ces données collectées ;
  4. un axe, relatif à la formation universitaire transversal aux trois précédents.

Participants : 

Alain BENARD – Président du GERSAR, UMR 7041 (Ethnologie préhistorique), Colas GUÉRET – Post-doctorant UMR 7041 (Ethnologie préhistorique), Émilie LESVIGNES – Photographe en archéologie, spécialisée dans l’art pariétal, Aurélia LUREAU – Univ. Paris 1, UMR 8215 Trajectoires, Éric ROBERT – MNHN, UMR 7194, Régis TOUQUET – Inrap CIF, Laurent AUBRY – UMR 8215, Laurent COSTA – UMR 7041(Archéologie du Bassin parisien), Sylvain GRISELIN – Inrap GE-S, UMR 7041, Médard THIRY – Mines Paristech, PSL Research University, Centre de géosciences : géologie des grès, Irène WEISS – étudiante en Master 1 à Paris 1 : mémoire en cours sur la préservation/valorisation des arts rupestres, Béatrice BOUET – DRAC Île-de-France (Carte archéologique nationale), Cécile DARDIGNAC – cheffe de projet archéologique à l’ONF, Anne-Sophie LECLERC – conservatrice du patrimoine, responsable du musée départemental de Préhistoire d’Île-de-France.

Accéder aux ressources :