ArchéoFab

ArchéoFab : fabrique numérique au service de la recherche

La création du nouveau bâtiment Sciences Humaines et Sociales et l’attribution à notre programme d’une salle (salle R09) est l’occasion pour notre programme de poursuivre et de construire autour des outils numériques (notamment  SIG, acquisition et traitement de données spatiales 3D, bases de données, analyses statistiques, traitements chronologiques…)  une nouvelle synergie exploratoire afin de tirer le parti de toute les opportunités liées au numérique.

Après des années de transformation permanente de nos méthodes de recherche, Les outils numériques de gestion, analyse et traitement des données de toutes natures (quantitatives, qualitatives, spatiale, chronologiques, etc.) produisent encore aujourd’hui des mutations irréversibles dans nos approches et nos logiques de travail. Le développement des logiciels en ligne, de l’open-source, du phénomène du big data, de l’open data ou encore les chantiers liés à la gestion de la troisième et quatrième dimension sont en marche et ouvrent un potentiel de créativité et des champs d’exploration pour la recherche inimaginables au siècle dernier.

Mais pour être pleinement exploités, ces outils nécessitent un temps d’expérimentation et un investissement humain qui souvent font défaut à nos équipes et ne correspondent pas aux logiques classiques de fonctionnement de nos projets. Par exemple, le dépôt d’une demande de financement de programme (PCR, ANR, programme européen… etc.) présuppose une connaissance des outils numériques pouvant utilement répondre aux besoins du projet, connaissance nécessaire à la budgétisation (temps et moyens) de ce projet. Or, faute d’expérimentation préalable, il est généralement difficile de pouvoir évaluer précisément les besoins et les potentiels de ces outils en constante évolution et encore plus de prendre le risque de tester une procédure dont la réussite n’est pas assurée. De même les jeunes chercheurs doctorants, si ils trouvent auprès de leur direction de thèse tout l’encadrement scientifique nécessaire dans leur spécialité chrono-culturelle, peuvent avoir des besoins communs quant à l’utilisation d’outils numériques, et ne pas toujours avoir un accès optimal à ces outils.

C’est pourquoi nous proposons un espace d’expérimentation méthodologique sous la forme d’une « fabrique numérique » pour l’archéologie et  l’histoire, permettant aux chercheurs d’évaluer, avant d’investir plus lourdement, des technologies et des outils qui leur seraient potentiellement utiles. Ce concept de fabrique numérique – « ArchéoFab » –  s’inspire de la notion de FabLab développée dans les années 1990 au MIT (Neil Gershendfeld). Les FabLabs sont des espaces de travail collectifs basés sur des principes de collaboration, mutualisation et d’ouverture. Ils disposent de locaux, matériels et logiciels permettant d’échanger les expériences et de passer à un stade concret d’essai et d’utilisation d’outils que leur coût en temps de formation et en budget rendraient autrement peu accessibles, alors que leur rentabilité pour le projet concerné n’est pas assurée à priori. Lieux de découverte et d’expérimentation, les FabLabs favorisent l’émergence d’approches innovantes et de nouvelles problématiques de recherche. En s’inscrivant dans ces principes,  ArchéoFab a pour objectif d’être un outil de découverte, de formation initiale et permanente, d’aide méthodologique à la réalisation des projets de recherche, et au delà, de contribuer au renforcement des synergies au sein d’ArScAn, entre ses différentes équipes et avec ses partenaires, ainsi qu’au sein de la MAE.

Pratiquement, ArchéoFab regroupe :

outre ces actions spécifiques, ArchéoFab comprend aussi des événements organisés en collaboration avec nos partenaires :