Journée d’étude, 11-12-2017 : Approches sociales de la mobilité de l’Antiquité au XVIIIe siècle.

Journée d’étude, 11-12-2017 : Approches sociales de la mobilité de l’Antiquité au XVIIIe siècle.

Organisation :

Journée d’études organisée par l’Equipe d’accueil « Histoire des pouvoirs, savoirs et sociétés »

de l’Université de Paris 8 avec la collaboration du programme Archéologies du Bassin Parisien.

Boris Bove (Univ. Paris 8), Claudia Moatti (Univ. Paris 8), Laurent Costa (ArSAn)

Localisation : Bibliothèque, Université de Paris 8, 2 rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis Cedex

Objectifs : Les hommes ont-ils été égaux sur la route ? Outre les contraintes techniques et logistiques qui pesaient lourdement avant la révolution des transports du XVIIIe siècle, existait-il d’une époque à l’autre des différences dans les manières de se déplacer ? Et, dans une même époque, avait-on le même usage de la route, selon sa position sociale, et à position sociale équivalente, selon son genre, et à genre égal, selon les circonstances (voyage d’affaires, voyages à des fins administratives, pèlerinage, etc) ? La mobilité est en effet autant déterminée par le contexte matériel que par les contraintes économiques, sociales, politiques et religieuses qui pèsent sur l’individu, encadrent sa vie et conditionnent ses choix.

Nous voudrions proposer une approche sociale de la route, ce qui suppose d’étudier non seulement les infrastructures qui conditionnent le déplacement (réseau de routes, péages, contrôles), mais aussi les itinéraires, les destinations, l’organisation de la mobilité, les sociabilités. Il s’agira en somme d’interroger les conditions sociales du mouvement des hommes, en insistant sur les variations (selon les périodes, et dans chaque période selon le rang et le statut) pour dégager la variété des usages de la route par-delà l’apparente inertie des conditions matérielles du déplacement à pied, à cheval ou en chariot.

Aussi, nous nous intéresserons aux circulations plutôt qu’aux voyages, c’est-à-dire aux déplacements ordinaires, répétés, voire quotidiens, plutôt qu’aux trajets exceptionnels. Une telle enquête s’inscrit dans une réflexion plus large sur les usages sociaux de l’espace.

Les élites sont probablement les plus mobiles et les mieux documentées, mais on tâchera d’ouvrir l’enquêtes aux catégories habituellement moins favorisées : femmes, artisans, paysans, esclaves, etc. En revanche le cadre de l’Occident paraît un terrain assez vaste et cohérent pour suffire à l’enquête.

Cette journée organisée conjointement par le programme Archéologies du Bassin Parisien et l’EA 1571 UP8 « Histoire des pouvoirs, savoirs et sociétés » se tiendra dans les locaux de l’Université de Paris 8, 2 rue de la liberté 93 526 Saint-Denis, métro Saint-Denis université.

La journée est gratuite et l’accès est libre.


Vous aimerez aussi...